Mon humeur musicale du moment :
"When the lights go down"
Prince (1999)
  

lundi 9 avril 2012

Prévert et Doisneau


J’aime beaucoup les photos de Robert Doisneau et particulièrement celle-ci. Elle est remplie de tendresse et tellement drôle, je l’adore.
Et que l’oiseau posé sur la tête du petit garçon soit un pigeon, une colombe ou un oiseau lyre, peu importe, l'essentiel est ailleurs. Il accompagne ce petit garçon partout, même pendant la pause pipi et je suis sûre que ce qu’il lui raconte (ou plutôt lui roucoule à l''oreille) est léger comme une plume et merveilleux comme un songe…

                                                                                                                             Robert Doisneau, 1964
L’OISEAU LYRE
de Jacques Prévert

Deux et deux quatre
quatre et quatre huit
huit et huit font seize…
Répétez ! dit le maître
Deux et deux quatre
quatre et quatre huit
huit et huit font seize.
Mais voilà l’oiseau lyre
qui passe dans le ciel
l’enfant le voit
l’enfant l’entend
l’enfant l’appelle
Sauve-moi
joue avec moi
oiseau !
Alors l’oiseau descend
et joue avec l’enfant
Deux et deux quatre…
Répétez ! dit le maître
et l’enfant joue
l’oiseau joue avec lui…
Quatre et quatre huit
huit et huit font seize
et seize et seize qu’est-ce qu’ils font ?
Ils ne font rien seize et seize
et surtout pas trente-deux
de toute façon
ils s’en vont.
Et l’enfant a caché l’oiseau
dans son pupitre
et tous les enfants
entendent sa chanson
et tous les enfants
entendent la musique
et huit et huit à leur tour s’en vont
et quatre et quatre et deux et deux
à leur tour fichent le camp
et un et un ne font ni une ni deux
un à un s’en vont également.
Et l’oiseau lyre joue
et l’enfant chante
et le professeur crie :
Quand vous aurez fini de faire le pitre
Mais tous les autres enfants
écoutent la musique
et les murs de la classe
s’écroulent tranquillement
Et les vitres redeviennent sable
l’encre redevient eau
les pupitres redeviennent arbres
la craie redevient falaise
le porte-plume redevient oiseau.

                                            Jacques Prévert par Robert Doisneau, 1955


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte ci-dessous
2) Dans "sélectionner le profil", cochez "Nom/URL"
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l’intitulé "Nom"(si vous avez un compte Google ou autre, cochez à cet endroit là et connectez-vous)
4) Cliquez sur "Publier un commentaire"

Et voilà, à vous maintenant !
Merci...