Mon humeur musicale du moment :
"When the lights go down"
Prince (1999)
  

vendredi 13 janvier 2012

Les fourmis rouges


Parce que c’est la préférée de mes préférées de Michel Jonasz...
Parce qu’en ce moment même, Michel Jonasz est de retour au Casino de Paris avec ses musiciens et ses deux choristes.
Parce que cette fois-ci, je n'y serai pas, à moins que j'essaie de me téléporter, on peut rêver!
Alors, petit retour en arrière, Michel Jonasz en formule trio, accompagné par Guillaume Poncelet aux claviers et trompette et Stéphane Edouard aux percussions.
Un extrait du DVD live enregistré au Casino de Paris en mars 2009. 
Les sublimes fourmis rouges...


          Quand y aura plus sur la terre que du beurre fondu
          Avec le dernier soupir du dernier disparu,
          Dernier boum d'la dernière guerre,
          Dernière ville sous la poussière,
          Et dernier espoir perdu.

          Ce chemin vert sous les arbustes est protégé
          Par les premiers soupirs des tout premiers baisers,
          Premier mot d'la première heure,
          Première minute de bonheur,
          Premier serment partagé.

          Tu t'rappelles on s'était couché
          Sur un millier de fourmis rouges.
          Aucun de nous deux n'a bougé.
          Les fourmis rouges.
          Est-ce que quelque chose a changé ?
          Couchons-nous sur les fourmis rouges
          Pour voir si l'amour est resté
          Et voir si l'un de nous deux bouge,
          Couchés sur les fourmis rouges.

          Tu n'auras jamais peur du vent qui souffle ici.
          Pour les scorpions te fais pas d'soucis.
          Les mauvais chagrins d'hier
          Les orties dans les fougères
          Quand on s'aime ils nous aiment aussi.

          Ce chemin sous les arbustes nous connaît bien
          De nos tout premiers rires c'est le premier témoin
          Refuge de la dernière heure
          Et dernière tâche de bonheur
          Aux premiers signes du destin

          Tu t'rappelles on s'était couché
          Sur un millier de fourmis rouges.
          Aucun de nous deux n'a bougé.
          Les fourmis rouges.
          Est-ce que quelque chose a changé ?
          Couchons-nous sur les fourmis rouges
          Pour voir si l'amour est resté
          Et voir si l'un de nous deux bouge,
          Couchés sur les fourmis rouges.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte ci-dessous
2) Dans "sélectionner le profil", cochez "Nom/URL"
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l’intitulé "Nom"(si vous avez un compte Google ou autre, cochez à cet endroit là et connectez-vous)
4) Cliquez sur "Publier un commentaire"

Et voilà, à vous maintenant !
Merci...