Mon humeur musicale du moment :
"When the lights go down"
Prince (1999)
  

lundi 28 mars 2011

L'atelier du peintre du Cirque Plume



Samedi soir, j’ai été au cirque.
Non pas le cirque traditionnel de mon enfance où mon père m’emmenait chaque année à l'automne, lorsque le chapiteau s’installait dans ma ville...
D’ailleurs, pour la petite histoire, on ne pouvait pas aller voir le spectacle chaque fois, c’était trop cher… Alors, on allait se promener, le dimanche matin, autour du cirque pour voir les "zanimaux". La main dans celle de mon papa, je regardais les chevaux d'une beauté à couper le souffle, les tigres qui me faisaient peur et les éléphants dont les pattes énormes m'impressionnaient. Et puis, rituel de ces dimanches matins, on pouvait assister gratuitement sous le chapiteau aux répétitions du cirque des enfants de la famille Knie.
Je n’oublierai jamais ces dimanches matins, ni mon émotion (qui m’est d’ailleurs restée) si par bonheur la girafe était là…


Non, samedi soir, j’ai vu le Cirque Plume avec une invitation pour visiter l’atelier du peintre. Cirque contemporain (pas d'animaux en cage, ni de numéro de puces savantes), spectacle qui, tout comme le cirque Eloize vu l’an dernier, nous emmène dans un monde de rêve et de poésie. Tout ce que j’aime. 
Et cette troupe de jongleurs, acrobates, danseurs, clowns et musiciens, nous fait pénétrer dans l’atelier du peintre avec des clins d’œil à Velazquez, Dali, Picasso, Rembrandt, Magritte (entre autres, je ne les ai pas tous reconnus), mais aussi en devenant peintres à leur tour en éclaboussant la toile et tous ceux qu’il y a autour…


Des ombres chinoises, des jeux de lumière et de miroir, une musique tantôt douce, tantôt très rythmée avec des instruments de musique insolites allant de morceaux de verre à la scie musicale, égrenant leurs notes en harmonie au milieu du son de l'accordéon, piano, batterie et guitare.
Le décor change très vite, les numéros s’enchaînent parfaitement, tout paraît si simple et pourtant… Des moments de folie générale et des instants de grâce infinie, tout cela compose le Cirque Plume.
J’ai adoré, emportée dans l’imaginaire de ces saltimbanques avec deux moments très forts pour moi, le numéro de la roue qui tourne et les sauts en trampoline faisant voler des pétales de rose. Sublime… A ne rater sous aucun prétexte.

"Une ombre joue du violon
De quelle couleur est la musique ?"


Le site du Cirque plume (clic)


2 commentaires:

lolibellule a dit…

Ca donne envie en tout cas ! J'avais adoré Eloise et versé une ou deux larmes, au passage, devant tant de beauté et de délicatesse exprimées. Chez moi aussi, petite, il fallait faire attention quand on avait payé le prix d'une location, et les 'zanimaux' on allait les admirer dehors, nous aussi...

Pao a dit…

Oui, nos souvenirs font des îles flottantes qui parfois se rejoignent...
Si le Cirque Plume passe vers chez toi, n'hésite pas et emmène avec toi ta petite troupe, vous passerez un moment féérique, tu verras...

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte ci-dessous
2) Dans "sélectionner le profil", cochez "Nom/URL"
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l’intitulé "Nom"(si vous avez un compte Google ou autre, cochez à cet endroit là et connectez-vous)
4) Cliquez sur "Publier un commentaire"

Et voilà, à vous maintenant !
Merci...