Mon humeur musicale du moment :
"When the lights go down"
Prince (1999)
  

samedi 26 février 2011

Michel Jonasz et la nostalgie


Michel Jonasz sort un nouvel album, "Les hommes sont toujours des enfants" dans quelques jours, je l’attends impatiemment… J’ai écouté quelques extraits et en reparlerai sûrement ici. 

Dans les interviews entendues ces jours, j'ai été très étonnée par la réponse qu'il donne à la question :
-  "Etes-vous nostalgique" ?
-  "Du tout" répond-il.


Oups, depuis quelques jours, je ne cesse d’y penser et d’en parler autour de moi parce que si quelqu’un représente totalement ma perception de la nostalgie (enfin, telle que je la comprends et la ressens) à travers ses textes, ses musiques et sa poésie, c’est bien Michel Jonasz.
Mais finalement c'est quoi la nostalgie ?

On me dit que la nostalgie c'est le regret d'un temps qu’on sait qu’il ne reviendra pas… Ou alors, on me cite le Larousse qui dit qu’être nostalgique, c’est le regret du passé, du pays natal.
Pour Michel Jonasz aussi, la nostalgie est synonyme de regrets. Il s’en sert comme source d’inspiration en puisant dans son passé pour écrire ses chansons, sinon il vit dans le présent et se projette dans le futur.
Moi aussi...

Donc, vu comme ça, je me dis que je ne suis pas nostalgique, le "c’était mieux avant", je n’y adhère pas non plus, je vis très bien avec mon temps, avec mon âge et le moment présent est très précieux.
Mais, je crois que c’est un peu plus complexe dans ma tête... 
La nostalgie est pour moi juste un état d’âme dans lequel j’aime me plonger quand au plus profond de moi surgit un souvenir enfoui ou un moment précis de ma vie. Une musique, une chanson, une image, une odeur ou un paysage peuvent immédiatement me projeter dans cet état de nostalgie.
Alors, même si ça fait briller mes yeux, ce n'est pas de la tristesse (je ne confonds pas avec la mélancolie) et encore moins des regrets que je ressens. 
Au contraire, je crois que j'ai simplement une infinie reconnaissance et parfois même un sentiment de bonheur lorsque je repense à ces moments, qu’ils soient liés à mon enfance, tout au long de ma vie comme pour ceux d'avant-hier d’ailleurs... parce que tous ces souvenirs, qu’ils soient douloureux, émouvants ou joyeux, ont fait de moi ce que je suis aujourd’hui.

Voilà, ma définition de la nostalgie n’est pas tout à fait la même que dans le Larousse, mais c’est comme ça que je ressens ce mot, qui n’est pas péjoratif pour moi. J’aime cet état de nostalgie et je pense même qu’il m’aide à continuer le chemin.
Quand j’écoute Michel Jonasz nous chanter (entre autres) :

"J'vous parle de ça j'avais neuf ans / J'allais à l'école chez les grands / Enfin grand j'dis pas ça pour moi / Parce que moi faudrait des échasses / Un truc que j'ai jamais su faire / C'est lâcher la main à ma mère / Pour tenir celle du temps qui passe"    
(Un chausson aux pommes)

"La famille ça s'éparpille / Les jeunes s'en vont là où ça brille / Les vieux s'éteignent comme des brindilles / Pour un rien une peccadille / Ce sont les années papier d'verre / Qui usent l'endroit et l'envers"
(La famille)

"On allait au bord de la mer / Avec mon père, ma sœur, ma mère / On regardait les autres gens / Comme ils dépensaient leur argent / Nous, il fallait faire attention / Quand on avait payé /  Le prix d'une location  / Il ne nous restait pas grand-chose"    
(Les vacances au bord de la mer)

Et bien ça me parle directement, en plein cœur et me renvoie à mes propres souvenirs qui rejoignent un peu les siens par moments.
Alors, nostalgique ou pas nostalgique, finalement peu importe, ça fait briller mes yeux juste parce que je trouve cet instant intensément beau... Merci Michel Jonasz.




2 commentaires:

lolibellule a dit…

Les souvenirs sont les empreintes de nos vies, individuels ou communs, seuls témoins du temps qui s'écoule et de nos itinéraires. Je me souviens, je me rappelle... Sommes-nous la mémoire ?
Il faut apprendre à vivre au présent, apprécier les petits bonheurs que la vie nous offre sans oublier d'où l'on vient, ce qui nous a fait, en somme cette nostalgie dont tu nous parles Pao, encore appelée 'saudade' dont j'ai trouvé une définition que j'aime assez qui dit ceci :

'La saudade est un ressenti de l'imperfection du présent et de la sublimation du passé, deux sensations mélangées avec une tendresse empreinte parfois de crainte, mais formulant pour l'avenir un voeu plutôt bienveillant et heureux'

Bisou.

Anonyme a dit…

c'est rigolo le net, parlant de Leprest que j'ai connu jeune chanteur normand animateur dans un centre culturel et recherchant ce qu'on peut trouver sur le net, j'atterris ici et je tourne les pages. Jonasz est souvent présenté comme une personnification de la nostalgie et de la mélancolie, j'ai failli me laisser prendre au piège jusqu'à ce que je le vois sur scène en 1977, du coup, j'ai compris qu'on pouvait faire un bout de route ensemble. Je crois que c'est Victor Hugo qui écrivait "la mélancholie c'est le bonheur d'être triste", ça colle très bien à la façon dont il nous la fait partager.

A lire des comptes rendus de concerts, on s'est croisés sans le savoir,
Swinging

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte ci-dessous
2) Dans "sélectionner le profil", cochez "Nom/URL"
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l’intitulé "Nom"(si vous avez un compte Google ou autre, cochez à cet endroit là et connectez-vous)
4) Cliquez sur "Publier un commentaire"

Et voilà, à vous maintenant !
Merci...